Article

Un atout breton : les sites d’essais pour les EMR

Trois sites avec des offres complémentaires.

Dans le secteur des énergies marines renouvelables, la Bretagne possède un atout peu connu qu’elle entend faire valoir. Elle peut en effet se targuer de proposer aux porteurs de projets trois sites d’essais maritimes. Ces derniers peuvent accueillir les principales technologies des EMR: l’hydrolien, l’éolien, le houlomoteur. Les entreprises ne s’y sont pas trompées : locales ou étrangères, elles les utilisent déjà.

Le site d’essais de l’Ifremer où l’entreprise Eolink (photo datant de 2018) © BDI

L’Europe fourmille de développeurs de technologies pour les énergies en mer. Des technologies qu’il faut pouvoir tester bien en amont d’un potentiel développement industriel. Si l’Ecosse vient spontanément à l’esprit pour les connaisseurs, la Bretagne possède également des atouts reconnus au niveau international.

Forte de sa configuration géographique ou des savoir-faire reconnus, la région propose également 3 sites d’essais (à Paimpol-Bréhat, à Sainte-Anne du Porzic dans la rade de Brest et en ria d’Etel) aux porteurs de projets, développeurs de technologies, offreurs de briques technologiques.

Ces sites d’essais maritimes peuvent accueillir des essais pour les technologies hydrolienne / éolienne / houlomoteur.

Des sites opérables à coûts maîtrisés

Chacun des 3 sites dispose de caractéristiques propres. Mais tous peuvent faire valoir des arguments communs :

  • Ils sont opérables facilement (avec la possibilité de s’appuyer sur de la main d’œuvre qualifié pour l’exploitation et la maintenance des technologies dans les domaines de la recherche, des opérations marines, de la construction et réparation navale)  
  • Le tout à des coûts maîtrisés

Des sites complémentaires

Le site d’Ifremer se trouve dans la rade de Brest © BDI

Le site de Sainte-Anne-du-Porzic (rade de Brest) géré par l’Ifremer et celui de la ria d’Etel géré par le Chantier Bretagne Sud permettent de tester des machines à échelle réduite ou d’essayer des briques technologiques.

Ces deux sites sont complémentaires : le premier pour l’éolien ou le houlomoteur, le deuxième pour de l’hydrolien.

Seul site pour l’hydrolien océanique

 

Le dernier site, le plus connu aussi, est situé dans les Côtes-d’Armor. Il s’agit du site de Paimpol-Bréhat. Opéré par EDF, il s’agit du seul site d’essai pour de l’hydrolien océanique. Ce site présente également l’avantage d’être raccordé au réseau.

Actuellement, l’entreprise grenobloise HydroQuest et son partenaire CMN (Constructions Mécaniques de Normandie) y testent avec succès leur hydrolienne marine HydroQuest Ocean.