Article

[Retour sur] L’inauguration de la Coop des Masques

Un projet de territoire coopératif et engagé

L’usine de la Coop des Masques a été inaugurée à Grâces, près de Guingamp (Côtes d’Armor), le 22 janvier 2021. Cette Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) devenue Partenaire de la marque Bretagne emploie 22 salariés. L’inauguration de l’usine ce vendredi concrétise un projet de territoire utile, porteur d’emplois, coopératif et engagé, que Bretagne Développement Innovation a eu l’occasion d’accompagner à son démarrage, et sur le volet communication.

En pleine crise sanitaire au printemps 2020, une idée avait germé sur le territoire. Relocaliser une production de masques chirurgicaux et FFP2 en Bretagne pour sécuriser les approvisionnements, dans la durée. Un challenge…à la hauteur des attentes.

En huit mois, depuis le dépôt des statuts de l’entreprise en juin 2020 jusqu’à l’inauguration de ce 22 janvier 2021, La Coop des masques a pris vie. Cette relocalisation de l’activité représente un atout pour le territoire breton. D’ailleurs collectivités locales, entreprises, associations et citoyens ne s’y sont pas trompés en investissant massivement dans le projet.

Economie circulaire

La Coop des Masques s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire. Elle s’est donc installée dans une ancienne friche industrielle, par exemple. Le statut juridique choisi (une Société Coopérative d’Intérêt Collectif) permet de faire entrer au capital social des acteurs publics et différents acteurs privés (associations, citoyens). Le seul statut qui autorise de rassembler cette variété d’acteurs.

chiffres-cles-coop-des-masques-fevrier-2021

En plus de sa participation au capital, la Région Bretagne, pilote du projet, a ensuite voté 400 000 euros d’aides en avances remboursables et subventions. Elle a également financé les études de faisabilité en vue de la création de La Coop des masques.

« Il y a 8 fois plus de valeur ajoutée à reterritorialiser l’activité et nous sommes 6 fois moins pollueurs en fabriquant nos masques ici, souligne le Président de la coopérative Guy Hascoët. L’idée était basée sur ces notions de relocalisation et de sécurisation de la production de masques. »

Finalement les commandes ne manquent pas, les projets non plus. Recyclabilité des masques, circuit de collecte, installation d’un département R&D au printemps…Guy Hascoët garde la tête froide : il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Enfin, pour pérenniser l’activité, il faut envisager un développement « pas trop vite et pas trop fort. Nous sommes engagés dans un 3000 m steeple, pas dans un sprint », conclut Guy Hascoët.

Retrouvez la Coop des Masques sur les réseaux sociaux LinkedIN / Facebook / Tweeter et avec le #lacoopdesmasques