Article

Programmes de financements européens : BDI publie les résultats de son observatoire

BDI était en charge de l’observatoire des entreprises pour la Bretagne

Horizon 2020 est le 8e programme-cadre de R&D de l’Union Européenne, dont l’objectif est de faire de l’Europe un pôle d’excellence de recherche et de développement au niveau mondial. Ce programme-cadre, doté de 80 milliards d’euros de 2014 à 2020, a vu de nombreux acteurs bretons bénéficier de financements. Dans son étude, BDI a observé comment s’en sortaient ces acteurs économiques du territoire.

BDI en charge de l’observatoire des entreprises pour la Bretagne

Afin d’appréhender au mieux l’impact du programme H2020 sur le territoire breton, la Région Bretagne a confié au réseau NOE Bretagne un observatoire de ces retombées. Ce réseau rassemble les acteurs de l’accompagnement au montage de projets européens auprès des acteurs de la Recherche & Innovation en Bretagne. Ainsi, alors que la Plateforme Projets Européens (2PE) a réalisé une étude de la participation des acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, BDI, de son côté, s’est chargée de l’observatoire de la participation des acteurs non académiques qui regroupent entreprises, structures d’accompagnement, collectivités et territoires d’innovation et établissement de formation ou de soins.

Au total, le montant des financements européens s’élève à 35 millions d’euros à destination de ces acteurs non-académiques bretons. Le nombre de projets s’élève quant à lui à 112 projets pour 124 participations (un acteur peut participer à plusieurs projets). Pas moins de 56 entreprises bretonnes ont ainsi participé à 78 projets pour un montant total de 27 millions d‘euros.

La taille et l’âge des entreprises ne sont pas des freins aux financements

En Bretagne, les entreprises d’abord concernées par les participations à des programmes de financement européens sont d’abord des PME : on constate que le programme H2020 correspond aux besoins de ces structures. Cela signifie aussi que la taille n’est pas un frein pour bénéficier des financements. On constate également que les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) sont pour l’instant peu impliquées dans le dispositif, alors qu’elles pourraient prétendre à ces programmes de financements. L’âge des entreprises n’est pas non plus un obstacle, puisque plus de 20 entreprises qui ont bénéficié de financements sont âgées de moins de 10 ans.

Même si certaines entreprises peuvent se montrer frileuses à l’idée de devoir monter un dossier qui leur prendrait du temps sans avoir la certitude qu’il soit retenu, la démarche ne serait pas pour autant perdue. Au contraire, elle pourra leur servir dans le cadre d’un développement à l’international de leur entreprise. En effet, dans le cadre par exemple d’un consortium, c’est l’occasion pour des entreprises d’entrer en contact avec des centres de recherche, des laboratoires ou d’autres acteurs d’une filière et ainsi de renforcer son expertise, et ce au niveau transnational.

7 domaines d’innovation, le numérique en pointe

Les 3 piliers sur lesquels reposent H2020 sont :

  • l’excellence scientifique, qui vise à promouvoir la recherche fondamentale ;
  • les défis sociétaux, afin de favoriser les projets interdisciplinaires pour répondre aux 7 grands défis sociétaux ;
  • la primauté industrielle, pour soutenir le leadership et les partenariats public-privé en matière de technologies innovantes.

Les défis sociétaux sont le pilier qui compte le plus de participations et de projets, avec un total de financements européens s’élevant à 26 millions d’euros. En revanche, la Bretagne profite peu du pilier « primauté industrielle » pour moderniser son outil de production : le montant des financements n’atteint que 6 millions d’euros dans ce domaine. Enfin, l’excellence scientifique bénéficie de financements européens à hauteur de 2 millions d’euros.

En plus de ces 3 piliers, le programme contribue ainsi à la réalisation des objectifs de la Stratégie de spécialisation intelligente (appelée aussi S3) qui se décline en 7 domaines d’innovation stratégique (DIS) :

1 – Innovation sociales et citoyennes

2 – Chaîne agro-alimentaire

3 – Activités maritimes pour une croissance bleue

4 – Technologies pour la société numérique

5 – Santé et bien-être

6 – Technologies de pointe pour des applications industrielles

7 – Observation et ingénieries écologique et énergétique

En Bretagne, c’est le DIS 4 (numérique) qui est le mieux représenté en montant et en nombre de projets, devant le DIS7 (environnement), ce qui traduit un engouement certain autour de ces domaines sur le territoire.

Découvrez l’intégralité de l’enquête en cliquant ici.