Banniere-Agroalimentaire-Laiterie-Malo
Article

L’enquête Usine Agro du Futur révèle les besoins des équipementiers et de l’industrie agroalimentaire en Bretagne

Une vaste étude fait le point.

Pour mieux connaître les besoins technologiques des acteurs bretons et recenser les compétences disponibles sur le territoire, Bretagne Développement Innovation a lancé une vaste enquête, dans le cadre du programme régional Usine Agro du Futur, en partenariat avec le pôle de compétitivité Valorial, l’ABEA et l’Observatoire des IAA (Chambre régionale d’Agriculture de Bretagne). La consultation a été réalisée, auprès des industries et des équipementiers de la filière sur le territoire breton, au dernier trimestre 2019. Une synthèse des résultats permet de mieux cerner les besoins et les freins dans la transformation de ces industries, confrontées à de nombreux enjeux.*

 

Les habitudes alimentaires changent, le comportement des consommateurs aussi. Pour les industriels, la prise en compte de ces nouvelles tendances implique plus de modularité et d’agilité. Autre enjeu de plus en plus prégnant dans la société  : la question environnementale.

Pour répondre à ces nouvelles règles, sans négliger la performance, les acteurs du monde agroalimentaire doivent moderniser leur chaîne de production. Les solutions numériques et l’apport des nouvelles technologies au sein de l’usine sont un début de réponse à ces nombreux enjeux.

Des besoins en compétence

La Bretagne est la 1re région employeuse avec 15% des salariés des IAA de France. On compte 1 455 établissements agroalimentaires (dont 400 de plus de 20 salariés pour un CA de 19,3 Milliards d’€) et 58 286 salariés (soit 41% des emplois industriels sur le territoire).

Dans une perspective de transformation des process pour faire face aux enjeux mentionnés ci-dessus, les entreprises interrogées font remonter des éléments :

  • des difficultés à recruter du personnel qualifié. 40% considèrent la gestion des compétences comme un frein à leur développement.
  • un manque de flexibilité et d’optimisation des outils de production.

Sur ce dernier aspect, les IAA se tournent vers les technologies numériques.

  • 2/3 d’entre elles déclarent avoir investi ces 5 dernières années dans leur outil de production (extension des bâtiments ou renouvellement du parc de machines).
  • Sur cette même période, elles seraient 40% à avoir investi dans des technologies de robotique/cobotique/automatisation.

Et, les technologies de connectivité sont également identifiées par les IAA comme des réponses à leurs besoin de digitalisation : exploitation et valorisation des données de production, traçabilité des produits, inter-connectivité Hommes-Machines.

Consulter la synthèse de l'étude

Le rôle central des équipementiers

Avec 218 équipementiers bretons (soit 5 664 salariés et un CA de 1,13 Milliard d’€) travaillant pour l’agroalimentaire, les équipementiers proposent des produits et services à toutes les étapes du process au sein des IAA.

Ils interviennent notamment au niveau : de la fabrication/transformation, le traitement thermique, le contrôle et la maîtrise du process de production, le conditionnement, la gestion de l’énergie et des fluides, la manutention/logistique, le nettoyage, la valorisation des déchets…

En Bretagne, 3/4 des équipementiers travaillant pour le secteur agroalimentaire réalisent au moins 50% de leur chiffre d’affaires dans cette filière.

Dans l’enquête, réalisée à l’automne 2019, les équipementiers voient cette filière industrielle comme un marché porteur. 47 % d’entre eux ont investi dans leur outil de production : achat et le renouvellement de machines ou évolution de leur système informatique.

De plus, les équipementiers ont déjà identifié avec leurs clients agroalimentaires des axes d’innovation : robotique, cobotique, automatisation, connectivité, intelligence artificielle, réalité augmentée, cybersécurité, …

Consulter l'annuaire des équipementiers

Dispositifs d’accompagnement pour les entreprises

L’étude fait également un point sur les dispositifs d’accompagnement et les aides financières pour les entreprises.

Depuis 2015, le Conseil régional de Bretagne a soutenu 96 usines dans leur transformation et 40 projets d’innovation ont été engagés.

Pour aller plus loin et faire le lien entre acteurs des IAA et apporteurs de solutions (équipementiers / intégrateurs), BDI a mis en place un outil dynamique qui recense et cartographie les compétences disponibles sur le territoire.

——————————————————————————————————————–

*Pour rappel, le volet « Usine agroalimentaire du futur » du programme Agretic vise à accentuer la modernisation de l’outil industriel agroalimentaire. Cet axe s’inscrit dans la dynamique régionale « Innover et bien produire pour contribuer à faire rayonner « la Bretagne du bien-manger » ».

A noter que l’enquête a été réalisée avant la crise sanitaire du Covid-19, certaines tendances peuvent être amenées à évoluer.