Interview

« La transition écologique représente un facteur d’attractivité pour la filière »

La mise à jour de l'étude de BDI révèle de nouvelles tendances.
  • économie
  • étude
  • secteur
  • voile
  • voile de compétition

La mise à jour de l’étude de référence sur les données économiques de la voile de compétition en Bretagne a permis de dégager de nouvelles tendances. Réalisée par BDI pour le programme Eurolarge Innovation auprès des 210 entreprises (118 répondants), cette actualisation des données montre un secteur en constante dynamique. L’impact de la crise sanitaire n’est pas encore évalué mais pourrait être moindre qu’anticipé. Autre fait marquant : la filière embarque les sujets de la transition écologique et de nouveaux horizons se dégagent avec notamment la propulsion vélique et la voile rigide. Carole Bourlon, responsable du programme Eurolarge Innovation porté par BDI, décrypte les enseignements des données collectées.

Lorient La Base, © Yvan Zedda / Défi Azimut 2020

Quels sont les principaux chiffres marquants de la filière ?

Carole Bourlon – L’étude nous a permis d’identifier plus de 210 entreprises (contre 160 pour l’ancienne version). Il s’agit de nouveaux acteurs ou d’entreprises qui se sont positionnées depuis sur le secteur de la voile de compétition. Le poids du secteur est donc encore plus important que ce qu’on avait imaginé.

Ces acteurs totalisent un CA de 348 millions d’Euros dont 83,5 millions réalisés uniquement dans la voile de compétition. On note que sur les 2355 salariés, 980 emplois sont directement liés à cette activité.

Ces dernières années, le taux de croissance s’est accéléré. En 2015-2016, on constatait une hausse de 9 %. Sur 2018-2019, la dynamique se poursuit avec 16 % de croissance. A relativiser toutefois avec les chiffres de 2020 qui vont être impactés par la crise sanitaire. Certains chefs d’entreprise anticipaient une baisse de 20 % de l’activité. La réalité pourrait être plus contrastée mais nous n’avons pas encore de chiffres arrêtés.  

Quelles sont les priorités de développement et d’innovation de la filière ?

La voile de compétition reste un labo de R&D et d’innovation.

Le big data, l’intelligence artificielle et le monitoring des données, les foils et les bateaux volants, l’optimisation de la performance des matériaux, de l’électronique et du numérique sont toujours plus présents.

Quand on pose la question des sujets d’intérêt aux entreprises, les priorités suivantes ressortent :

  • la recherche de nouveaux matériaux dans les composites
  • le développement des foils
  • le monitoring des matériaux et analyse de la performance
  • la propulsion vélique & voile rigide

Même si la propulsion vélique et les voiles rigides sont intrinsèques à la R&D dans la voile de compétition, les savoir-faire développés sont des évolutions. Elles sont des sources de diversification vers le marché émergent du transport maritime propulsé par le vent. Ce qui contribuera à la décarbonation du secteur.

Où se situe la filière au sujet de la transition écologique ? 

C’est vraiment le sujet notable de cette mise à jour de l’étude. Elle montre que la filière est devenue mature pour s’engager dans la transition environnementale. C’est vrai que le sujet a été beaucoup débattu dernièrement que ce soit par les skippers, les entreprises…Il y a clairement une volonté de s’emparer de ces sujets.

Et ça tombe bien car 90 % des chefs d’entreprises interrogés estiment que la transition écologique représente un facteur d’attractivité pour la filière. Pour perdurer économiquement, cette dernière doit s’engager dans cette voie structurante pour l’avenir.

Consultez la mise à jour de l'étude