Article

Des annonces positives pour le secteur de l’éolien en mer

Un point sur les projets français d'éolien en mer.

Lors d’un déplacement en juin dernier, à Saint-Nazaire, le ministre de la Transition François de Rugy avait annoncé diverses annonces, sur le secteur de l’éolien en mer. Des signaux positifs et encourageants pour les acteurs de la filière.

© EDF Renouvelables

Après plusieurs années de procédure, le Conseil d’Etat rejette le recours portant sur l’autorisation d’exploiter du projet de parc éolien en mer de Saint-Nazaire. Le feu vert est donc donné pour la réalisation du projet. D’une capacité installée de 480 MW, le futur parc éolien en mer concerne 80 éoliennes produites à Saint-Nazaire par General Electric. Elles doivent être installées d’ici 2022.

Ces éoliennes couvriront 20% de la consommation électrique de la Loire-Atlantique. Elles généreront huit millions d’euros par an de recettes fiscales pour les collectivités locales et les pêcheurs, d’après une information du ministère de la Transition écologique et solidaire.

45 éoliennes en mer du Nord

Autre nouvelle positive : le groupement EDF renouvelables, Innogy et Enbridge a été retenu pour la construction et l’exploitation du parc éolien en mer au large de Dunkerque (Nord). Situé dans la Mer du Nord, il compte 45 éoliennes et doit dégager une puissance de 600 MW. 500 000 foyers sont concernés à l’horizon 2026. L’un des atouts du consortium concerne le tarif proposé : il serait inférieur à 50 € / MWh.

France Energie Éolienne, le porte-parole des professionnels de l’éolien (maritime et terrestre) a réagi. Il se félicite de « cette évolution positive qui confirme une fois de plus que l’éolien, en mer comme sur terre, est un des piliers de la transition énergétique de notre pays. »

Le gouvernement a d’ailleurs revu à la hausse son ambition pour les projets éoliens en mer d’ici 2024. Alors que les professionnels de la filière avaient en mémoire les 750 MW annoncés en janvier, l’objectif est revu avec 1 Giga Watt par an attendu.

7 projets éoliens offshore en France

D’autres champs offshore vont donc s’ouvrir au large des côtes française. En plus des deux mentionnés ci-dessus, trois appels d’offres pour des parcs éoliens flottants seront lancés, l’un de 250 MW au sud de la Bretagne et deux de 250 MW en Méditerranée (Occitanie et Paca). Un projet d’éolien posé est à l’étude au large d’Oléron.

© EDF Renouvelables

Voici donc les 7 projets éolien offshore en France :

  • Eoliennes en Mer Îles d’Yeu et de Noirmoutier : consortium porté par Engie
  • Eoliennes en Mer Dieppe – Le Tréport : consortium porté par Engie
  • Parc éolien en mer de Saint-Nazaire : consortium porté par EDF Renouvelables
  • Parc éolien en mer de Fécamp : consortium porté par EDF Renouvelables
  • Parc éolien en mer du Calvados : consortium porté par EDF Renouvelables
  • Parc éolien en mer de Dunkerque : consortium porté par EDF Renouvelables
  • Parc éolien en mer de la Baie de Saint-Brieuc : porté par Ailes Marines

Le parc de la Baie de Saint-Brieuc porté par Ailes Marines apparaît comme une opportunité pour le territoire breton. L’occasion pour Philippe Thieffry de l’association Bretagne Ocean Power de rappeler que l’association jouera son rôle. Il s’agit notamment de rapprocher et de positionner les différents acteurs qui peuvent intervenir sur le projet.

Loïg Chesnais-Girard se félicite de ces annonces

 

Le Président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard a réagi à ces annonces positives par le biais d’un communiqué.

« Je salue les annonces du ministre de Rugy faites ce jour à Saint-Nazaire car elles dessinent un bien meilleur avenir pour l’ensemble de la filière française de l’éolien offshore. Il était essentiel de revoir les objectifs pour permettre le développement des énergies marines en même temps que celui de la filière industrielle et de ses emplois en France. »

Lire le communiqué