Article

Défi Azimut : dernière confrontation des technologies de la Bretagne Sailing Valley avant le Vendée Globe

Rendez-vous incontournable des skippers avant le grand départ du Vendée Globe.

Ultime tour de chauffe avant le Vendée Globe, le défi Azimut permet aux teams de course d’effectuer les derniers étalonnages de performance entre concurrents, après les chantiers de l’été. Malgré le contexte sanitaire, cette année ne déroge pas à la règle. Les acteurs de la Bretagne Sailing Valley accompagnés par le programme Eurolarge Innovation seront présents lors du Défi qui a lieu du 9 au 13 septembre 2020, à Lorient.

A quai comme sur l’eau, le Défi Azimut permet aux entreprises bretonnes de cette filière d’exception de peaufiner les derniers détails et de procéder aux dernières vérifications. Architectes, constructeurs, fabricants de gréements et d’appendices et et d’électronique embarquée…leur présence sur le Défi est indispensable car derrière le défi sportif, il y a aussi le défi technologique.

Les foils au cœur de l’attention

Cette année encore, l’attention est portée sur les foils. On surveillera les performances réalisées par les derniers-nés des prototypes de foils et le comportement des bateaux à dérives droites face aux foils. Autre point d’attention : les jeux de voile et la raideur à la toile. Au portant et au reaching, les choix peuvent s’avérer aussi cruciaux que le réglage des foils.

On tentera également de percevoir dans quelle mesure le numérique va apporter de la performance et de la sécurité aux IMOCA (monitoring des matériaux, intelligence artificielle, pilote automatique, système de détection d’OFNI…)

« Répétition générale »

Teams de courses et acteurs technologiques poursuivent un objectif commun : valider leurs choix pour le Vendée Globe, mythique course en solitaire, dont le départ est prévu le 8 novembre, aux Sables d’Olonne.

« Les bateaux ont tous subi des optimisations depuis l’année dernière. Lors du Défi Azimut, nous avons la chance de les voir se confronter sur des runs de vitesse. On peut juger de la qualité du travail réalisés sur les bateaux conçus. Mais aussi de mesurer les différences qu’il peut y avoir avec les réalisations des architectes concurrents. En un sens, les dés sont jetés. Une grosse partie de mon équipe sera présente à Lorient pour une raison simple. Au départ des Sables d’Olonne, il y a beaucoup d’émotions sur les pontons mais sur le plan technique, nous apprenons beaucoup plus lors d’une course comme le Défi Azimut. »

  • Vincent Lauriot Prévost, architecte VPLP Design

 « Sur une année agitée comme celle-ci, le Défi Azimut réunit quasiment toute la flotte. Le confinement a engendré des retards et certains n’ont pas pu se présenter aux courses précédentes. Les skippers vont se jauger : la course va permettre de valider les derniers chantiers d’été. On pourra procéder à d’ultimes réglages avant le Vendée Globe mais pas de grosses modifications architecturales. Pour nous, c’est une revue de plateau complète : les 4 bateaux construits pour le Vendée Globe par CDK vont évoluer sur l’eau. Il s’agit d’une répétition générale et d’une opération de promotion pour le Chantier avec environ 30 % de la flotte sortis de nos ateliers. »  

  • Yann Dollo, directeur général adjoint du Chantier CDK Technologies

 

Le défi Azimut est un événement soutenu, depuis l’origine, par la Région Bretagne et le programme Eurolarge Innovation.