© DGA Maîtrise de l'information
Article

Décryptage : quelles orientations seront prises par l’Administration Biden ?

En termes de cybersécurité, les Européens auront à trouver leur place face à leurs alliés américains.
  • Biden
  • cybersécurité
  • European Cloud User Coalition
  • SolarWinds
  • u EU-US Privacy Shield

DECRYPTAGE. Julien Nocetti, chercheur associé à l’IFRI, a évoqué la politique américaine en termes de cybersécurité, lors du dernier cyberbreakfast proposé à la communauté bretonne. Directeur de la chaire cybersécurité de la Rennes School of Business, Julien Nocetti est spécialiste de diplomatie du numérique. Pour rappel, le cyberbreakfast a été créé par Bretagne Développement Innovation et se trouve plébiscité par les acteurs de la communauté bretonne de la cybersécurité. Ces derniers peuvent y échanger les dernières actualités du secteur et différentes informations techniques. 

Courtesy of clay Banks / Unsplash

Pour ce premier cyberbreakfast de l’année 2021, les premiers pas de l’Administration Biden ont été au cœur des échanges. Julien Nocetti, chercheur spécialisé, a proposé un décryptage du contexte en faisant un zoom sur deux priorités : colmater les brèches de SolarWinds, se confronter à la menace chinoise. 

SolarWinds et la Chine

1- L’affaire SolarWinds

Alors que l’évaluation de l’ampleur de l’attaque est toujours en cours, un débat existe aux Etats-Unis sur sa qualification. Cyber piratage ou cyber agression ? Beaucoup pointait la Russie comme responsable alors que Donald Trump évoquait la Chine.

Dans ce contexte, Julien Nocetti rappelle que les relations russo-américaines restent très tendues. Le relâchement de vigueur à l’arrivée de chaque Président ne devrait donc pas avoir lieu cette fois.

2- La menace chinoise

Cette menace est prise très au sérieux par l’Administration Biden : elle concerne tout le spectre américain. Le nouveau Président connaît d’ailleurs très bien la Chine et les pratiques agressives du pays. Un durcissement vis-à-vis des Chinois semble plus crédible. L’instrument privilégié par les Américains reste celui des sanctions, note le spécialiste.

Ces dernières années, la politique de la chaise vide pratiquée par les Américains dans différentes instances onusiennes, a permis aux Chinois de s’imposer.

Répercussions sur la cybersécurité

L’administration Biden prend très au sérieux les incidents de cybersécurité survenus récemment et réorganise la cybersécurité en créant de nouveaux postes. Un nouveau bureau dédié aux cyberattaques  affiche une stratégie résolument offensive, d’engagement persistant et doté d’armes cyber. En complément, l’administration a remis en place un poste de conseiller à la sécurité nationale pour la cybersécurité, poste de coordination de la réponse sur incident et de la gestion de crise cyber.

Plus largement, on peut s’attendre à un retour au multilatéralisme si malmené sous l’ère Trump. La nouvelle Administration a déjà rejoint certains organes de l’ONU : l’Union internationale des communications (UIT), l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et l’ISO.

Les deux enjeux énoncés plus hauts auront donc différentes répercussions en termes de cybersécurité. Sur les relations entre Washington et ses alliés, trois principaux dossiers se dégagent :

  • La 5G: Les Européens vont-ils contribuer à une 3e voie entre les USA et la Chine ? Et dans ce cas, y aura-t-il un soutien réel de la Commission aux équipementiers (Ericsson notamment) ?

  • Les données et services cloud :

Il existe un vide juridique depuis l’annulation du EU-US Privacy Shield. Et c’est l’un des points de tension entre l’Europe et les USA. A ce sujet, il faut noter l’initiative intéressante de 13 grandes banques européennes qui s’allient pour établir des standards sur le stockage des données : La « European Cloud User Coalition ». ce groupement de 13 banques ne souhaitent pas laisser leurs données aux mains des grandes entreprises américaines soumises au Cloud Act. Cette alliance veut établir des standards en faveur d’un cloud public européen qui pourrait être adossé au projet Gaia-X.

  • Régulation des GAFAM :

Alors que les Européens mettent l’accent sur la fiscalité afin de tenter de réguler le pouvoir grandissant des GAFAM, les Américains sont plus attentifs au respect de la concurrence et aux enjeux concernant la manipulation (discours de haine, fake news).

 

Pour conclure, même s’il reste de nombreuses incertitudes sur les orientations à venir, il est certain qu’il y a un axe qui ne changera. L’Administration Biden continuera à défendre le « made in USA » à l’étranger. Julien Nocetti conclut son intervention en rappelant que le mérite du mandat de Trump, outre ses outrances et ses chantages, ont engendré un réveil des Européens. Il faut espérer que « le retour du sourire » ne va pas s’accompagner d’un engourdissement des Européens qui ont intérêt à se mobiliser pour constituer leur propre voix.