Article

Une centaine de personnes assiste à la JT Machinisme Agricole

Une journée autour du machinisme agricole.

Mardi 3 juillet dernier, s’est tenue la 6e édition des Journées Techniques « Machinisme Agricole : de nouvelles technologies pour innover ! » organisée dans le cadre du programme AGRETIC en partenariat avec les Chambres d’agriculture de Bretagne, Cap’tronic et les pôles de compétitivité ID4Car et Vegepolys. C’était la dernière fois que cet événement qui réunit acteurs du machinisme agricole et offreurs de solutions numériques se tenait à la station expérimentale des Cormiers. 

Les objectifs d’AGRETIC

La journée a débuté en plénière par une présentation des organisateurs et de leurs missions dans le cadre d’AGRETIC. Ils ont rappelé les objectifs de ce programme :

  • Permettre aux PME numériques bretonnes d’accéder à de nouveaux marchés dans les filières Agri-Agro
  • Renforcer la compétitivité des acteurs Agri-Agro grâce à l’introduction de technologies numériques innovantes
  • Dynamiser le territoire breton via la fertilisation croisée des filières numériques et Agri-Agro
  • Booster l’attractivité du métier auprès des nouvelles générations
  • Favoriser la visibilité et l’attractivité de la branche agri-agro/numérique au-delà des frontières régionales

La matinée s’est poursuivie avec l’intervention de Philippe JEANNEAUX, enseignant chercheur chez VetAgro Sup Clermont et Grand Témoin de cette plénière. Il a notamment détaillé l’impact de l’agriculture numérique sur l’autonomie de la décision des agriculteurs et sur la filière. Ces évolutions interrogent en effet le rapport des agriculteurs au travail en termes d’organisation, d’éducation, de qualification, de responsabilité et de relation aux autres agriculteurs.

Plénière JT Machinisme agricole 2018 © BDI

4 exemples de projets de croisement des filières TIC et machinisme agricole ont par la suite été détaillés :

  • Clément QUIGUER (Triskalia Innovation) a présenté le projet Ecorobotix, un robot permettant l’agriculture de précision en cultures légumières. Ce robot de 130 kg se veut 100% autonome pendant 12h par jour grâce à l’énergie solaire. A terme, il permettra d’utiliser 20 fois moins d’herbicide grâce à une détection et une pulvérisation précise des seules adventices. Les premières expérimentations de ce robot se feront courant 2019.

 

  • Alexandre WEIL a par la suite présenté Précifield dont il est le co-fondateur aux côtés de Rémi PELLETIER. Précifield est spécialisée dans la cartographie des sols et l’agriculture de précision ; les scanners utilisés par la structure permettent de réaliser des mesures plus précises de parcelles.

 

  • Le projet UV-ROBOT, développé par la Station expérimentale du Caté à Saint-Pol-de-Léon et ses partenaires a également fait l’objet d’une présentation. Marine GUERRET, ingénieure projet est revenu sur la conception de ce robot qui a pour but de diminuer l’utilisation de pesticides pour le contrôle de l’Oïdium et du mildiou à travers un traitement automatisé par UV. Ce projet est en cours d’expérimentation jusqu’à 2021.

 

  • Le projet Agrirouter porté par Kuhn a été présenté par Philippe BONNET, manager de projet. Il s’agit d’une plateforme ouverte et multi constructeurs dédiée à l’échange de données, permettent l’interopérabilité entre tous les acteurs de l’agriculture, particulièrement entre les machines et les logiciels.

La matinée s’est conclu par un projet d’ouverture sur une technologie émergente à travers l’intervention d’Ayman AL FALOU, professeur à l’ISEN Brest, qui a présenté les nouvelles technologies de captation et de traitement d’images en milieu extérieur comme l’agriculture.

20 exposants, 4 démonstrations en champ

L’après-midi était consacrée au mini-salon constitué d’une vingtaine d’exposants ; parmi eux Copeeks, Adventiel, Dilepix ou encore Oeliatec. Tous ont pu présenter leurs solutions aux agro-équipementiers présents lors de cette session.

La journée s’est conclue par la démonstration de 4 solutions en champ :

  • L’analyseur de sol de Precifield:

Leurs scanners tractés mesurent en continu le type de sol, la matière organique et la topographie. Les mesures sont réalisées sur sol nu, en passant tous les 12 mètres. Les données des parcelles sont ensuite calibrées avec les résultats des analyses de sol. Les cartes sont visualisables individuellement et en les compilant Precifield identifie les différentes zones de potentiel de rendement de la parcelle.

  • La solution de Georeva permettant d’effectuer des mesures et de cartographie une parcelle agricole:

Georeva est spécialiste en matériel afin de réaliser des études géophysiques. Ils proposent des outils pour faire de la sismique, de l’imagerie électrique, de l’électromagnétisme, du radar, etc.

Présentation des démonstrateurs © BDI

 

  • Mollen Artiflex©, la désherbeuse à eau chaude d’Oeliatec:

Fonctionnant à partir de gouttelettes d’eau chaude pour le désherbage, cette désherbeuse se distingue par sa très grande polyvalence. Véhicule caréné tout en un, il peut pour la première fois être utilisé par les services techniques des collectivités pour d’autres usages : lavage à haute pression, arrosage, porte-outils, etc.

Son châssis articulé permet d’atteindre très facilement des zones d’accès compliquées.

Présentation des démonstrateurs © BDI

 

  • Le robot autonome de désherbage de la Chambre d’Agriculture de Bretagne:

Ce robot OZ est conçu pour améliorer les conditions de vie des maraichers et alléger leur charge de travail au quotidien. Il aide à désherber et à biner les cultures pour améliorer la productivité de l’exploitation tout en respectant l’environnement. Le robot de désherbage Oz désherbe et nettoie seul toutes les cultures.

 

Présentation des démonstrateurs © BDI