Article

Agroalimentaire et Cybersécurité : des pistes pour réduire le risque

Des pistes pour réduire les risques en cybersécurité dans les industries agroalimentaires.
  • agroalimentaire
  • cyber
  • industrie
  • sécurité

Dans un article publié dans la Revue de l’Observatoire des IAA, Tiphaine Leduc, chef de mission cybersécurité chez Bretagne Développement Innovation souligne combien la cybersécurité devient un enjeu. Chacun est concerné tant au niveau professionnel que personnel.

Les dernières cyberattaques massives type WannaCry ou Petya viennent appuyer le propos. Il est indéniable qu’aujourd’hui chefs d’entreprise et industriels doivent se saisir du sujet. A ce titre, un chiffre cité par l’auteur est éloquent : « On évalue à plus de 200 jours la durée moyenne pour une entreprise avant qu’elle ne réalise qu’elle est victime d’une intrusion dans son système. »

L’article se focalise particlièrement sur les questions soulevées et les réponses à apporter en cybersécurité dans le domaine de l’agroalimentaire. Il s’agit d’informer les professionnels de ce secteur pour les sensibiliser au fait que des réponses peuvent être apportées à leurs besoins et que les offreurs de solutions se trouvent parfois à quelques pas de leurs usines.

 

La cybersécurité doit respecter les grands enjeux de l’agroalimentaire

« L’environnement industriel est de plus en plus exposé. Une industrie connectée, ouverte, et tout à la fois constituée d’automates et de machines dont les mises à jour sont compliquées. L’agroalimentaire, comme toute industrie, est confronté à des contradictions où le compromis entre l’évaluation du risque et la continuité d’activité est nécessaire.

Les conséquences d’une attaque peuvent être de plusieurs ordres : perturber la continuité de service, affaiblir la confiance des consommateurs, nuire à l’image de l’industriel, avoir des conséquences financières sur la rentabilité, freiner l’innovation et impacter directement la compétitivité. Des attaques conduisant à la prise de contrôle des automates pour modifier les recettes auraient des conséquences critiques.

L’introduction de la cybersécurité dans le métier de l’industriel ne doit ni freiner ni pénaliser l’activité. La cybersécurité doit respecter les grands enjeux de l’agroalimentaire : rester une industrie compétitive, dans un marché globalisé, où l’innovation fait partie du quotidien et où la sécurité alimentaire est la priorité absolue.

La Bretagne, dont l’agroalimentaire est un des piliers économiques, dispose d’un écosystème cyber reconnu et remarquablement développé. Cette proximité des acteurs cyber est une véritable opportunité pour les industriels agroalimentaires du territoire. »

Lire l’article complet sur le site des Chambres agricultures de Bretagne